L’hypnose est conversationnelle, mais pas que ça

L’aspect conversationnel est un élément important dans une séance d’hypnose, surtout au début. Par la discussion préalable, il s’agit d’expliciter le problème qui amène une personne à consulter. Cela sert aussi plus généralement à faire connaissance. La conversation est libre, c’est-à-dire que le client choisit lui-même les points qu’il considère importants, sur lesquels il pense qu’il est nécessaire d’insister pour que l’hypnothérapeute comprenne bien sa situation. En principe il n’y aura pas de questions intrusives pouvant créer une gêne, mais juste une orientation du client vers divers aspects de sa vie concrète. Par exemple il pourra être dirigé vers une anticipation, par la question concernant comment il envisage sa vie, une fois qu’il sera « guéri » du problème (addiction, phobie, douleur, fatigue, anxiété…) et sur le thème de sa vie relationnelle, aussi bien familiale que professionnelle, avant et après. Peuvent aussi être posées des questions portant sur le passé, comme par exemple celles visant à identifier les causes supposées du problème, mais sans insistance, surtout si ces causes sont inconnues. Mais j’ai bien parlé de causes au pluriel, car il s’agit davantage d’évoquer des impressions plutôt que d’arriver à des éléments indubitables ou des preuves, ou encore une cause unique ayant un caractère fatidique. Dans l’évocation des causes supposées, si le problème est survenu à un certain moment dans la vie de la personne qui vient consulter, l’hypnothérapeute s’intéresse surtout à tout ce qui tourne autour du moment critique durant lequel un changement négatif a eu lieu. Et dans ce contexte le ressenti de la personne, quand il s’exprime, peut utiliser divers moyens d’expression, aussi bien verbal que para-verbal ou non-verbal. Le changement marque un contraste entre un avant, quand les choses allaient mieux et que le client avait davantage de forces et de vitalité pour mener sa vie et un moment ultérieur, moment présent où cet accès à ces ressources si utiles a été partiellement perdu. Parfois la phase conversationnelle se suffit à elle-même et mène à des contenus très riches de la vie symbolique d’une personne, guidée dans la possibilité d’exprimer des choses qu’elle ressent comme profondes, en hypnose légère. Généralement dans la seconde partie de la séance, une forme plus poussée de dissociation hypnotique est tentée, pour amener le client à travailler avec son inconscient. Cette seconde phase, celle de la transe hypnotique à proprement parler, se réalise toujours avec l’accord du client et n’a comme fonction que de développer l’autorité intérieure de celui-ci, trouver l’accès à des ressources oubliées qui vont l’aider à guérir et se sentir mieux, plus apaisé et en accord avec lui-même.

10_anesthesie_hypnose

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s